L'APPARTEMENT LUMINEUX D'ANAïS DEMOUSTIER AUX BUTTES CHAUMONT

On ne présente plus Anaïs Demoustier, l'une des comédiennes les plus actives du cinéma d'auteur français, récompensée par le César de la Meilleure Actrice en 2020 pour le film Alice et Le Maire. Actuellement à l'affiche du Comte de Monte Cristo aux côtés de Pierre Niney, elle incarne le rôle de Mercedes, déjà vu par deux millions de spectateurs en huit jours — certainement le plus grand succès de sa carrière à ce jour. La sortie du blockbuster français nous a donné envie de réécouter le podcast Le Goût de M, où Anaïs Demoustier recevait la journaliste Géraldine Sarratia chez elle, dans le XIXe arrondissement de Paris.

Elle y décrit son appartement, collé aux Buttes Chaumont, comme un lieu baigné de lumière et de verdure. « C'est un espace qui me ressemble, tourné vers la nature. On voit très bien les arbres, ça donne envie de regarder dehors. C'est très lumineux et pas chichiteux », s'amuse-t-elle. La salle à manger, dotée d'une grande table en bois, offre un panorama imprenable sur la végétation du parc, ainsi qu'un grand ensoleillement.

« Le goût de mon enfance, c'est la lumière et le mouvement, confie l'actrice qui a grandi à Villeneuve d'Asq, près de Lille. J'ai grandi dans une maison quelconque, pas spécialement belle, avec un jardin avec un saule pleureur, une balançoire et une cuisine qui donnait sur la balançoire, ce qui créait beaucoup de convivialité entre ma mère dans la cuisine, et moi dans la balançoire ». Ce goût de la nature et du partage, elle le retrouve dans son appartement parisien, notamment dans la salle de bains qu'elle décrit comme « une maison de campagne avec une vue dégagée sur les arbres ». Originaire d'une petite ville, elle dit s'être sentie « comme un poisson dans l'eau » à son arrivée à Paris, qu'elle fréquentait déjà, avant de s'y établir, pour rendre visite à son frère, le réalisateur Stéphane Demoustier qui habite le même immeuble.

Si Anaïs Demoustier admet ne pas être « une geek du design », elle revendique son attachement aux objets qui lui sont chers. « Les objets, à la fois je m'en fous complètement, il y a des ampoules qui pendent des plafonds, je ne suis pas très soigneuse... Mais en même temps, je suis sensible à certaines choses que je trouve belles et importantes. Les appart-hôtels où je suis parfois en tournage me dépriment vraiment. Donc les matières, les couleurs, les images sont importantes pour moi. Je ne suis pas une geek du design, je n'y connais rien, mais il y a des choses qui me touchent et qui m'apportent du réconfort. »

Ces « choses belles et importantes », ce sont par exemple deux pièces anciennes de son salon, « des fauteuils de grand-mère que j'ai achetés, que j'adore parce qu'ils sont hyper confortables et jolis, vraiment réconfortants » ; mais aussi les dessins de sa fille, qu'elle désigne avec enthousiasme : « Ça, c'est un dessin de ma fille qui est presque proche de Pollock (rires). Le monde de l'enfance fait souvent entrer des choses très moches dans les maisons, mais j'ai de la chance, ma fille dessine bien, elle fait des peintures très belles que j'affiche. » Le goût d'Anaïs Demoustier est aussi celui d'un éclectisme décomplexé, à l'instar des cartes postales de musées qui décorent son salon — « comme dans une chambre d'ado, la honte ! », rit-elle.

Cet espace vivant est resté « pur, dans son jus » ; un esprit suranné que l'actrice cultive volontiers pour le cachet qui s'en dégage. « Ce que j'aime dans cet endroit, c'est que c'est assez vieux, il y a des mosaïques bleues, c'est abimé par le temps. Les peintures n'ont pas été refaites, il y a encore un bidet (rires), une fenêtre arrondie, un beau carrelage. Il se dégage de tout ça un charme qui me raconte des histoires. » Un lieu joyeux et volubile, à l'image de sa propriétaire.

2024-07-08T16:22:22Z dg43tfdfdgfd