"STéRéOTYPE DE L’AMéRICAIN STUPIDE" : UNE JOURNALISTE LIVRE SES SECRETS POUR QUE SES COMPATRIOTES SOIENT MIEUX PERçUS à L’éTRANGER

À l’étranger, il arrive que l’on commette des erreurs qui nous vaudront d’être mal perçus par les autochtones. Dans un article publié sur CNN, la journaliste américaine Kim Davis livre moult conseils à ses compatriotes pour leur éviter d’être considérés comme des "Américains stupides" lors de leur prochain voyage...

L’entrée dans la période estivale s’accompagne chaque année des traditionnels départs en vacances. Toute personne qui s’est déjà rendue à l’étranger a généralement conscience qu’elle risque de s’exposer à des stéréotypes liés à sa nationalité. Forte de ce constat, la présentatrice de télévision américaine Kim Davis, également journaliste voyage, a rédigé une sorte de manuel à destination de ses compatriotes.

Dans un article publié le 1er juillet sur CNN, elle livre des conseils tirés de sa longue expérience dans ce domaine, afin de prémunir ses concitoyens contre l’affront d’être perçus comme des "Américains stupides" lors de leur prochain séjour.

Si personne n’est à l’abri d’une bévue – car il est impossible de connaître par cœur tous les us et coutumes locaux –, certaines gaffes, considérées comme adorables dans les films ou les séries télévisées (telles que la désormais célèbre Emily in Paris), pourraient bien courroucer les autochtones, met-elle en garde. Voici les principaux points clés mis en évidence.

Sachez interpréter les signaux sociaux

La plupart des personnes que vous rencontrerez ne vous diront jamais que ce que vous faites est offensant ou socialement inacceptable. Au contraire, elles se contenteront de sourire et de hocher la tête, avant de changer de sujet, de vous ignorer ou de prendre la fuite, observe Kim Davis.

Ce comportement, qui contribue à l’instauration d’une société civilisée, doit inciter les voyageurs à décrypter les signaux sociaux, pour ne pas se mettre dans l’embarras. Concrètement, si vous rencontrez des gens, n’hésitez pas à établir un contact visuel lors de vos échanges, à leur poser des questions pour montrer votre intérêt et à les inciter à raconter leur propre expérience.

Ainsi, vous vous assurerez qu’ils sont vraiment intéressés par ce que vous leur dites et qu’ils ne s’efforcent pas simplement d’être polis.

Ne parlez pas trop fort

Les Américains se sont constitués, au fil du temps, une réputation de personnes enthousiastes, explique la journaliste de CNN. Amicaux, ils n’hésitent pas à parler avec leurs amis (ou des inconnus) dans les transports en commun, et à rire de bon cœur lorsqu’ils sont attablés au restaurant. Néanmoins, dans certaines régions du monde, parler d’une voix forte peut être jugé impoli.

"Quand je suis arrivée en Europe, les gens me demandaient régulièrement : ‘Pourquoi cries-tu ?’ J’étais toujours choquée. Je parlais avec ma voix normale !", confie-t-elle.

Fondez-vous dans la masse (et renseignez-vous sur les arnaques fréquentes)

Dans la continuité de son conseil précédent, Kim Davis recommande aux voyageurs américains d’essayer, autant que possible, de se faire discrets lorsqu’ils sont à l’étranger. Se faire remarquer revient en effet, même quand on connaît bien la destination, à porter un panneau lumineux sur lequel serait écrit : "Je suis un touriste, venez profiter de moi !"

Les escrocs, les pickpockets et plus largement les personnes malveillantes sont toujours à la recherche de nouvelles proies. Parler fort et porter "l'uniforme" du touriste américain (à base de polos, de baskets, de casquette de baseball ou encore de chaussettes blanches) risque d’attirer toute l’attention sur vous.

Aussi, parce que chaque ville est associée à ses propres escroqueries, renseignez-vous sur les arnaques courantes. Par exemple, si vous devez prendre un taxi, documentez-vous au préalable sur les tarifs en vogue. "Lors de mon premier voyage à Rome, je suis montée dans un taxi et j’ai demandé au chauffeur : 'Combien coûte le trajet jusqu’à cet hôtel ?’ Il m’a répondu : '80 euros'. Je lui ai demandé de s’arrêter, j’ai retiré mes bagages, ce qui l’a mis en colère, et je suis sortie de la voiture, se remémore la journaliste. J’ai ensuite appelé l’hôtel et posé la même question. Ils m’ont dit que cela ne coûterait pas plus de 5 euros."

Par ailleurs, il arrive que le plaisir de découvrir une nouvelle région génère un faux sentiment de sécurité. De manière générale, soyez prudent lorsque vous rencontrez de nouvelles personnes, notamment par le biais des applications de rencontre.

La curiosité et l’humour, c’est toujours une bonne idée

Kim Davis recommande également à ses lecteurs de faire preuve de curiosité en s’intéressant au pays qu’ils visitent. Personne n’aime ceux qui prétendent tout savoir et n’essaient pas d’apprendre de nouvelles informations en lien avec les habitants, la culture ou la vie quotidienne sur place. Manifester de l’intérêt est une façon de faire preuve de respect, d’humilité et de nouer des liens avec la communauté.

D’autre part, s’il est impossible de connaître l’histoire d’un pays sur le bout des doigts, se renseigner au préalable en lisant les gros titres des journaux nationaux vous permettra de ne pas être exclu des conversations. Il est aussi recommandé de connaître les bases de la langue parlée sur place. Même si vous massacrez les mots, la plupart des gens apprécieront votre effort.

Lorsque vous voyagez, n’oubliez jamais que vous êtes des mini-ambassadeurs de votre pays d’origine... pour le meilleur comme pour le pire. Efforcez-vous autant que possible de laisser une bonne impression au moment de votre départ, sans quoi cela pourrait avoir des répercussions directes sur la façon dont seront perçus vos compatriotes à l’avenir.

Enfin, n’oubliez pas de jouer la carte de l’humour. "Ma plus grande arme secrète pour ne pas être traitée d’‘Américaine stupide’, c’est de me qualifier moi-même comme telle et d’en rire, conclut la journaliste. De cette façon, j’accepte l’idée que tout le monde puisse faire des choses stupides et que je ne fais pas exception. Au lieu de m’offenser ou de m’énerver, je me contente de rire et de faire rire les autres."

D’après elle, cette approche va désarmer la personne qui est en face et l’incitera davantage à vous aider. En bref, au lieu de creuser un fossé entre les deux cultures, elle les rapprochera. Autant de recommandations qui peuvent être mises en application quel que soit son pays d’origine, pour mieux vivre ensemble...

2024-07-08T16:50:48Z dg43tfdfdgfd